Qu’est ce qu’une infection par le virus herpès simplex?

L’infection par le virus de l’herpès simplex provoque de fréquentes petites cloques douloureuses ou de boutons blancs remplies de liquide sur la peau, la bouche, les lèvres (boutons de fièvre), les yeux ou les organes génitaux.

  • Cette infection hautement contagieuse se propage par exposition directe aux ulcères ou parfois à la zone touchée meme lorsqu’aucun ulcère n’est pas présent.
  • L’herpès provoque l’apparition de plaies ou de cloques dans la bouche ou sur les organes génitaux et, souvent, dès la première infection, de la fièvre et une sensation générale de maladie surviennent.
  • Le virus infecte parfois d’autres parties du corps, y compris les yeux et le cerveau.
  • Les médecins distinguent généralement et facilement les ulcères causés par l’herpès, mais il est parfois nécessaire d’analyser l’infection ou de faire des tests sanguins.
  • Aucun médicament ne peut éliminer l’infection, mais les médicaments antiviraux peuvent aider à soulager les symptômes et à les faire disparaître rapidement.

Qu'est ce qu'une infection par le virus herpès simplex? type 1 et type 2

ANNONCE


Quels sont les Types du virus herpès simplex?

L’herpès simplex est un type de virus de l’herpès. Il existe deux types de virus herpès simplex (HSV) :

  • Virus de l’herpès simplex de type 1, HSV-1, qui est la cause habituelle des boutons de fièvre sur les lèvres (herpès labial) et des ulcères sur la cornée ( kératite à herpès simplex ) – voir Kératite à herpès simplex
  • Le virus de l’herpès simplex de type 2, HSV-2 est la cause habituelle de l’herpès génital

Cette distinction n’est pas absolue: l’infection génitale est parfois causée par une infection de l’herpès simplex de type 1, HSV. L’infection peut également survenir dans d’autres parties du corps, telles que le cerveau (une maladie grave) ou le tube digestif. Une infection généralisée peut survenir chez les nouveau-nés ou chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, en particulier celles infectées par le VIH.

Le HSV est très contagieux et peut se propager en touchant directement les plaies et parfois en entrant en contact avec les zones buccales et génitales des personnes atteintes d’une infection chronique par le HSV, même lorsqu’aucune plaie n’est visible.

infection par le virus herpès simplex (HSV-1 HSV-2)

Infection primaire et récurrente

Après la première infection (primaire), le virus de l’herpès simplex (HSV), comme les autres virus de l’herpès, reste récessif (latente) dans le corps et peut se réactiver périodiquement, se qui provoque la répétition des symptômes.

Une infection primaire par le virus de l’herpès simplex se traduit par une éruption cutanée avec de petites cloques ou boutons blancs. Une fois l’éruption cutanée dissipée, le virus reste dans un état dormant au sein d’un groupe de cellules nerveuses (ganglions) près de la moelle épinière qui innervent la zone infectée avec des fibres nerveuses.

Le virus est périodiquement réactivé, recommence à croître et se propage dans le corps à travers les fibres nerveuses pour revenir à la peau, provoquant une irritation des cloques dans la même zone de peau que l’infection précédente. Parfois, le virus est présent sur la peau ou les muqueuses même en absence de cloques.

La réactivation du virus peut se produire plusieurs fois. La réactivation (récurrence) d’une infection orale ou génitale latente à HSV peut être déclenchée par de la fièvre, des menstruations, un stress ou une suppression du système immunitaire (en utilisant un médicament pour prévenir le rejet de greffe d’organe). Un bouton de fièvre peut survenir après une ecchymose physique, comme une intervention dentaire ou une exposition excessive au soleil des lèvres. Le déclencheur est souvent inconnu.

ANNONCE


Quelles sont les symptômes et complications d’une infection par HSV?

De petites cloques et boutons apparaissent sur les éléments suivants :

  • Peau : surtout sur le bout du doigt ou les parties génitales
  • Membranes muqueuses : y compris la muqueuse des yeux, du vagin, du col de l’utérus ou de la cavité buccale.

La peau autour des cloques est souvent rouge.

Infection buccale

La première infection buccale par le virus de l’herpès simplex provoque généralement de nombreuses plaies douloureuses dans la cavité buccale (stomatite herpétique). Avant que les ulcères n’apparaissent, les personnes peuvent ressentir un picotement ou des démangeaisons persistantes dans la région infecter. De plus, les patients ne se sentent généralement pas bien, avec de la fièvre, des maux de tête et des courbatures.

Les ulcères buccaux durent de 10 à 14 jours et sont souvent très graves, ce qui rend très inconfortable le fait de manger et de boire. En conséquence, les gens peuvent devenir déshydratés. Dans certaines premières infections buccales, les gencives enflées sont le seul symptôme. Parfois, il n’y a pas de symptômes.

La gingivite herpétique et la stomatite chez les enfants sont fréquentes.

Qu'est ce qu'une infection par le virus herpès simplex?

La récidive de l’infection, contrairement à la première infection buccale, se limite à l’apparition d’un seul ulcère sur le bord de la lèvre. Dans de rares cas, une récidive d’infection implique l’apparition d’une plaie ou d’un petit groupe de plaies sur les gencives.

Un ulcère de lèvre est appelé bouton de fièvre. D’autres déclencheurs incluent les lèvres brûlées par le soleil, certains aliments, l’anxiété, certaines procédures dentaires et toute condition qui diminue la résistance du corps aux infections. Si les patients ont des boutons de fièvre, ils doivent reporter les rendez-vous dentaires jusqu’à ce que les boutons guérissent.

Avant qu’un bouton de fièvre n’apparaisse, les gens ressentent généralement un picotement sur la zone infecté qui dure de quelques minutes à quelques heures, suivi d’une rougeur et d’un gonflement. Des boutons et cloques remplies de liquide se forment, qui s’ouvrent généralement et provoquent des ulcères. Les plaies forment rapidement des croûtes. Après environ 8 à 12 jours.

Infection vénérienne (herpès génital)

L’infection des premiers organes génitaux par le virus de l’herpès simplex (herpès génital) peut être grave et dure longtemps, avec de nombreuses cloques douloureuses apparaissant dans la région génitale ou anale. Chez la femme, des cloques internes peuvent se développer dans le vagin ou sur le col de l’utérus. Les cloques internes sont moins douloureuses et non visibles. La fièvre et une sensation générale de maladie (malaise) sont courantes, et certaines personnes ressentent des brûlures pendant la miction, des difficultés à uriner ou de la constipation. Cependant, certaines personnes ne présentent aucun symptôme.

Une récidive de l’herpès génital commence par des symptômes (tels que des picotements locaux, une gêne, des démangeaisons ou une douleur à l’aine), qui précèdent les cloques de plusieurs heures, parfois deux à trois jours. Des cloques douloureuses entourées de bords rouges apparaissent sur la peau ou les muqueuses des organes génitaux. Les cloques s’ouvrent rapidement, entraînant des ulcères. Des ampoules peuvent également apparaître sur les cuisses, les fesses ou autour de l’anus. Chez la femme, des boutons peuvent apparaître sur la vulve. Ces cloques sont généralement évidentes et très douloureuses. Le symptôme typique de l’herpès génital récurrent dure une semaine.

Parfois, une infection bactérienne dans les ulcères génitaux causée par l’infection par le virus de l’herpès. Ces plaies peuvent sembler plus irritées ou produire un écoulement épais ou nauséabond.

Complications et autres infections

Chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli, une récidive de l’herpès buccal ou génital peut entraîner des plaies avancées qui grossissent progressivement et mettent des semaines à guérir. L’infection peut progresser dans le corps et se déplacer jusqu’à l’œsophage, les poumons, le cerveau, les tissus recouvrant le cerveau et la moelle épinière (méninges) ou le côlon. Les ulcères de l’œsophage provoquent des douleurs lors de la déglutition, et une infection pulmonaire provoque une pneumonie avec toux et essoufflement.

Le virus pénètre dans l’ herpès simplex de type I ou HSV-1 de type II HSV-2 par une incision dans la peau du doigt parfois, ce qui entraîne un gonflement et une rougeur et une sensation de douleur (paronychia herpeticus ). Les travailleurs de la santé qui sont exposés à la salive ou à d’autres sécrétions corporelles (comme les dentistes), lorsqu’ils ne portent pas de gants, courent un plus grand risque d’infection.

ANNONCE


Le HSV-1 peut infecter la cornée de l’œil. Cette infection (appelée kératite à herpès simplex ) provoque un ulcère douloureux, des larmoiements, une sensibilité à la lumière et une vision floue. Au fil du temps, en particulier lorsque le traitement n’est pas traité, la cornée peut devenir opaque, provoquant une perte de vision importante.

Les nourrissons ou les adultes atteints d’une maladie de la peau appelée eczéma atopique peuvent être infectés par le virus de l’herpès potentiellement mortel sur la zone de peau touchée par l’eczéma ( eczéma herpétique ). Ainsi, les personnes atteintes d’eczéma atopique doivent éviter tout contact étroit avec toute personne atteinte d’une infection herpétique active.

Le cerveau peut être infecté par le virus de l’herpès simplex. Cette infection (appelée encéphalite herpétique) commence par de la confusion, de la fièvre et des convulsions, et peut être mortelle.

Dans de rares cas, une femme enceinte peut transmettre l’infection par le virus de l’herpès simplex (HSV) à son bébé (la maladie est appelée herpès néonatal). La transmission se produit généralement à la naissance, lorsque le nouveau-né entre en contact avec des sécrétions infectées dans le canal génital. Dans de rares cas, le virus de l’herpès simplex est transmis au fœtus pendant la grossesse. La transmission pendant l’accouchement est plus probable lorsque :

  • La mère a récemment eu une infection herpétique
  • Plaies herpétiques visibles dans la région vaginale de la mère

herpès simplex type 1 et type 2

Diagnostic

Examen d’un échantillon prélevé sur l’ulcère

Si les médecins soupçonnent une infection cérébrale, une IRM et une ponction lombaire sont effectuées

Il est généralement facile pour les médecins de distinguer une infection par le virus de l’herpès simplex. Lorsqu’ils ne sont pas sûrs du diagnostic, les médecins peuvent utiliser un écouvillon pour prélever un échantillon de matériel de l’ulcère et envoyer l’écouvillon à un laboratoire pour l’identification du virus.

Les médecins examinent le matériau gratté des cloques au microscope. Bien que le virus lui-même ne soit pas visible, les raclures contiennent parfois des cellules infectées agrandies (cellules géantes) caractéristiques de l’infection par le virus de l’herpès.

Il peut également être utile de faire des analyses de sang pour rechercher des anticorps contre le virus de l’herpès simplex. Certains tests sanguins peuvent faire la distinction entre le HSV-1 et le HSV-2.

Lorsqu’une infection cérébrale est suspectée, une imagerie par résonance magnétique (IRM) du cerveau et une ponction lombaire peuvent être effectuées pour obtenir un échantillon de liquide céphalo-rachidien.

Protection

Les gens devraient éviter les activités et les aliments connus pour déclencher une réinfection. Par exemple, les personnes infectées par le virus de l’herpès simplex doivent éviter autant que possible l’exposition au soleil.

Parce que le HSV est contagieux, les personnes atteintes d’une infection des lèvres doivent éviter de s’embrasser dès qu’elles piquent pour la première fois (ou lorsqu’elles ont des cloques si elles ne piquent pas) jusqu’à ce que l’ulcère soit complètement guéri. Ils ne doivent pas boire dans la même tasse ; Si possible, ils ne doivent pas toucher leurs lèvres. Ils devraient également éviter le sexe oral.

Les personnes atteintes d’herpès génital doivent toujours utiliser un préservatif. Même en l’absence de cloques ou de symptômes visibles, le virus peut être présent sur les organes génitaux et peut se propager aux partenaires sexuels.

Des vaccins sont en cours de développement pour prévenir l’infection par le virus de l’herpès simplex.

Traitement

Médicaments antiviraux

Les traitements antiviraux actuels ne peuvent pas éliminer l’infection par le virus de l’herpès simplex, et le traitement d’une première infection orale ou génitale ne prévient pas l’infection nerveuse chronique. Mais la prise de médicaments antiviraux, tels que l’acyclovir, le valacyclovir ou le famciclovir, pendant la récidive peut soulager un certain inconfort et aider les symptômes à disparaître un jour ou deux plus tôt.

Le traitement est plus efficace s’il est commencé tôt, généralement dans les quelques heures suivant le début des symptômes, De préférence au premier signe de picotement ou d’inconfort avant l’apparition des cloques ou des cloques. Pour les personnes qui ont des crises fréquentes et douloureuses, le nombre d’épidémies peut être réduit en prenant quotidiennement des médicaments antiviraux indéfiniment (appelé thérapie suppressive). Cependant, l’utilisation de médicaments antiviraux n’empêche pas les patients infectés de transmettre l’infection. Les médicaments antiviraux ne peuvent être obtenus que par ordonnance.

L’application d’une crème au penciclovir toutes les deux heures pendant les heures d’éveil peut raccourcir la période de guérison et la durée des symptômes du bouton de fièvre d’environ une journée. L’application de crèmes en vente libre contenant du docosanol (appliquer 5 fois par jour) peut apporter un certain soulagement. L’utilisation orale d’acyclovir, de valacyclovir ou de famciclovir pendant quelques jours peut être le traitement le plus efficace.

Les infections graves par le virus de l’herpès simplex, y compris l’encéphalite herpétique et les infections néonatales, sont traitées par l’acyclovir intraveineux. Si le virus devient résistant à l’acyclovir, le foscarnet peut être administré par voie intraveineuse.

Les personnes atteintes de kératite infectées par le virus de l’herpès simplex reçoivent généralement des gouttes oculaires à la trifluridine.

L’ophtalmologiste doit superviser le traitement.

Autres traitements

Pour les personnes souffrant d’un léger inconfort, le seul traitement nécessaire pour gérer l’herpès récurrent des lèvres ou des organes génitaux est de garder la zone infectée propre en la lavant délicatement à l’eau et au savon. La glace peut être apaisante a réduire l’enflure.

Les anesthésiques topiques en vente libre ou sur ordonnance, tels que la crème à la tétracaïne ou la pommade à la benzocaïne, peuvent aider à soulager la douleur. Si la bouche a beaucoup d’ulcères, elle peut être rincée avec de la lidocaïne, qui ne doit pas être avalée. Cependant, l’utilisation d’un anesthésique local doit être limitée à environ une fois toutes les quelques heures. L’utilisation excessive de ces médicaments peut provoquer leurs

Effets secondaires nocifs. Des analgésiques peuvent être utilisés pour gérer la douleur.

Article liés:

Traitements de l’herpès buccal: voici les meilleures méthodes

Les 11 maladies de la bouche et la langue les plus frequents

Raisons de l’apparition de boutons blancs sur la langue?

Ulcères buccaux: Types, causes et 10 traitements

Bouton blanc sur la langue: Soigner le naturellement

ANNONCE

À voir aussi

Comment identifier et traiter l'herpès sur langue?

Comment identifier et traiter l’herpès sur langue?

Quels sont les causes de l'herpès sur langue? Comment identifier l'infection par le HSV? les premiers signes et symptômes, traitements facile.

Traitements de l'herpès buccal: voici les meilleures méthodes

Traitements de l’herpès buccal: voici les meilleures méthodes

Moyens et solutions pour soigner et traiter l'herpès buccal d'une manière naturel ou avec des médicaments, Quand consulter un médecin?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.