samedi , octobre 17 2020

Cancer de la prostate

Cancer de la prostate
Le cancer de la prostate augmente avec l’âge et est rare avant 50 ans. A l’inverse, des cellules cancéreuses existent dans la prostate chez presque tous les hommes très âgés de plus de 80 ans.
   Le plus souvent, le cancer reste localisé pendant des années dans la prostate avec une évolution très lente. Pendant cette période, aucun symptôme n’est visible.
   L’intérêt de faire le diagnostic pendant cette phase muette réside dans la possibilité de proposer un traitement curatif.
Mais les traitements proposés actuellement ont certains inconvénients non négligeables. De plus, certains cancers peuvent rester de nombreuses années sans réellement progresser et rester dans la prostate, sans conséquence pour la glande, et sans risque de dissémination dans l’organisme (métastases). Ces cancers peu agressifs peuvent n’être que surveillés.
   En revanche, si le cancer métastase, il n’est plus possible d’espérer une guérison par les traitements actuellement disponibles, mais seulement freiner l’évolution de la maladie par des traitement médicaux à prendre à vie.
Ainsi, en l’absence de symptôme, le dépistage du cancer de la prostate repose sur la proposition par votre médecin traitant, après discussion avec vous, d’un dosage sanguin du PSA total.
   Un toucher rectal sera aussi fait pour dépister un cancer pouvant déformer la glande ou de rares cancers palpables à PSA normal.
Traitements

 les traitements curatifs (éliminent le tissus cancéreux) :
. la prostatectomie radicale : ablation chirurgicale complète de la glande ;
. la radiothérapie externe : irradiation du tissus prostatique par des rayons venant de l’extérieur et concentrés sur la glande ; seule ou associée à une hormonothérapie.
. la curithérapie : irradiation de la glande en introduisant sous échographie des particules radioactives qui seront éliminées progressivement par les urines ;
. les autres traitements (en évaluation ou pour des cas très précis : cancers localisés peu agressifs) : ultrasons focalisés de haute densité (nécrose par      coagulation) ; cryothérapie (nécrose tumorale par le froid).
Traitements non curatifs (freinent de la maladie) :
 Le blocage hormonal par des médicaments bloquant l’action des hormones             masculines (testostérone) qui stimulent le cancer de la prostate.
Ces traitements administrés soit par voie orale (anti-androgènes), soit par                 injections sous cutanées (analogues de la LHRH), sont utilisés :
. soit seuls dans les formes de cancer ne pouvant pas bénéficier d’un           traitement curatif ; ils sont alors prescrits à vie avec parfois des arrêts                   temporaires ; ils augmentent la survie de façon très significative ;
. soit en cas d’échec du traitement curatif (rechute de la maladie)
 La chimiothérapie dans les formes évoluées avec métastases et évoluant malgré le traitement hormonal.

À voir aussi

Tumeurs: Bien comprendre le cancer du sain

Les tumeurs bénignes: non classées comme des tumeurs cancéreuses, et peuvent être facilement enlevés et …

5 signes de cancer du col de l’utérus

Le cancer du col est l’une des maladies les plus faciles a traiter  et la …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.